Le stress oxydatif

Le stress oxydatif est à l’origine d’un certain nombre de pathologies plus ou moins graves dont les principales cibles tissulaires sont le cerveau, les poumons et le système cardio-vasculaire. Parmi ces pathologies, citons notamment le syndrome de détresse respiratoire aiguë, la fibrose pulmonaire, le vieillissement cellulaire, Alzheimer, parkinson et certaines maladies neurologiques, l’athérosclérose et certains problèmes cardio-vasculaires, certains cancers et enfin les processus inflammatoires.

Le stress oxydatif  (ou stress oxydant) se caractérise par un déséquilibre entre la production de facteurs pro-oxydants :radicaux libres, espèces réactives de l’oxygène(DROs) ou de l’azote) ; et leur élimination par des mécanismes protecteurs dont font partie les anti-oxydants.

feuille

Médiateurs du stress oxydant

Les radicaux libres sont issus du métabolisme cellulaire normal et jouent un rôle important dans le fonctionnement de certaines voies de signalisation en réponse à un changement de l’environnement intra et inter-cellulaire (réponse adaptative). Mais ils peuvent également être toxiques en provoquant des lésions dans l’ADN, les lipides, les protéines ou encore les membranes cellulaires.
Durant les réactions métaboliques normales les cellules produisent des DROs tels que l’anion superoxyde (O2-), le peroxyde d’hydrogène (H2O2), le terrible radical d’hydrogène (OH°) qui peut s’attaquer à la plupart des macromolécules (lipides, acides nucléiques, protéines, hydrate de carbone) ou encore des peroxydes organiques.
Sous certaines conditions de stress environnemental, les DROs sont produits de façon importante et en continu, ce qui peut entraîner des dommages à la structure ou aux fonctions de la cellule ou encore induire des mutations somatiques et des transformations néoplasiques.

feuille

Les systèmes anti-oxydants

Pour faire face à cette multitude d’agressions, l’organisme a développé des moyens complexes de lutter contre le stress oxydatif.
Ceux-ci se décomposent en systèmes destinés à empêcher la formation des DROs, en défenses destinées à éliminer les DROs tout de suite après leur formation et enfin, les systèmes chargés de réparer les dégâts causés par les DROs.
La plupart de ces défenses anti-oxydantes sont constituées de vitamines et de minéraux : la vitamine E protège les lipides de la peroxydation, la vitamine C s’oppose aux effets néfastes des DROs tandis que le Coenzyme Q10 capture les électrons libres et participe au recyclage des vitamines C et E.
Les minéraux (Sélénium, Manganèse, Zinc) participent à ces systèmes de défenses le plus souvent en tant que co-facteurs indispensables au bon fonctionnement des systèmes enzymatiques.
Il est donc impératif d’avoir des apports suffisants en vitamines et en minéraux pour maintenir un niveau optimal de défenses antioxydantes, ce qui souligne l’importance du régime alimentaire ou encore l’intérêt d’une supplémentation adéquate et adaptée afin de lutter contre le stress oxydatif.

feuille

Un équilibre indispensable des systèmes pro-oxydant/ antioxydant

Le métabolisme normal de l’organisme est source de production de DROs aussi existe-t-il toujours un stress oxydatif résiduel qui est normalement pris en charge par les systèmes antioxydants du corps. C’est cet équilibre entre génération de molécules pro-oxydantes et anti-oxydantes qui détermine le niveau de stress oxydatif d’un individu.
Plusieurs facteurs influencent donc le stress oxydatif : le stress environnemental et le métabolisme général d’une part ; un apport adéquat en antioxydants et un bon fonctionnement des mécanismes de défense d’autre part.

Le vieillissement, qui est considéré comme une diminution progressive des fonctions normales de l’organisme au cours du temps, est caractérisé par une accumulation de dommages moléculaires à l’ADN, aux protéines et au lipides. Ces dommages sont corrélés à une augmentation du stress oxydatif intracellulaire qui est due à une diminution progressive et irréversible des capacités de défense antioxydante des cellules.

A partir d’un certain âge, il devient donc important d’envisager une supplémentation en antioxydants afin de pallier à cette diminution normale de nos mécanismes de défenses, surtout en ce qui concerne les molécules peu présentes naturellement dans notre alimentation ou encore peu biodisponibles.

Copyright © DYOPHASIS 2016